Régime & Politique

 :: LE RÉGIME Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Elle
avatar
ELLE
Elle
TROGNE © : DANDELION.
MESSAGES : 127
DATE D'INSCRIPTION : 11/05/2017
(#) Mar 17 Oct - 17:40
régime & politique
Who controls the past controls the future. Who controls the present controls the past.
— George Orwell

De ces rois tyranniques qui leurs peuples oppriment, les récits regorgent. Primauté factice de ceux qui n'ont rien inventés, l'échiquier géant s'anime au gré des complots et des alliances tissés entre ogres, le tout sous l'Oeil inquisiteur des têtes couronnées. Terreur à laquelle il faut survivre, législation cruelle dont on ne peut apprécier les nuances des plus personnelles, l'obéissance est mot d'ordre sans quoi quelques errances involontaires sauront vous mener dans ces entrailles funestes qu'on nomme à tord geôles, lorsqu'elles ne sont en vérité que purgatoire.

Janus à double-face, vipère nichée sous roches, l'infamie s'expose telle qu'on l'a pressentie, aussi fourbe que l'on subodore à l'entente de cette sempiternelle syllabe. Elle. Phonations malhabiles, patronyme désavoué offrant aux hères écroués le symbole terrible d'une inaltérable lutte des classes. Impossibilité d'action, illusionniste notoire lâchant les fauves sur les déserteurs, c'est par la force brute que les esprits grisés s'alignent sur la pensée commune. Unicité des crânes, tempêtes interrompant les psychés, blâme et répression se meuvent conjointement à l'abrogation d'une permissivité primaire, à l'absolution de ladite liberté. Faciès qu'on assimile au Régime, de ce regard pénible à supporter on se détourne ; on courbe l'échine, on maugrée quelques inepties qui n'y feront rien. Elle scande autant qu'elle scandalise avec la régularité du plus macabre des ostinato. Elle tyrannise, martelant avec froideur les ordres comme on scanderait un refrain populaire, mais elle n'est que l'effigie. Paraît tout au moins l'être, le paraître, la figure des êtres. Caméléon cauchemardesque aux mille visages, ni réellement femme, ni réellement homme, tantôt retranché en sa tour dorée, tantôt mascaré, quasi travesti, observant la population au plus près, mensonge éhonté pour trancher les doigts des plus déloyaux. Consciencieux appareillage des soldats de plomb qui s'agitent en arrière-plan, conseil et bourreaux pour palier au porte-à-faux. Au fond du couloir, c'est l’étau pour une gamine qui gémit un peu trop. Elle s'étouffe, la môme, elle n'y survivra pas. Lames transitoires enfoncées entre les vertèbres, au premier qui entamera la moelle, jour de liesse des tortionnaires. Il y a l’exécutoire, les exemples, les non-exemptés. Échouée sur les pavés au petit matin, le myocarde pulsant avec frénésie, elle ne se relèvera pas. Estropiée qui gît ci-bas, l'faciès entamé, les joues balafrées en un rictus d'éternité. Aucun miracle pour la jeune beauté fourvoyée, elle qui avait tant. Elle repensera à ce qu'elle n'aura pas. Léthargie des âmes et consciences que la rébellion ne tentera pas, avertissement aux prochains qui s'érigeront face à ces rois qu'on ne détrônera pas. Échec et mat.
Elle
Revenir en haut Aller en bas
Elle
avatar
ELLE
Elle
TROGNE © : DANDELION.
MESSAGES : 127
DATE D'INSCRIPTION : 11/05/2017
(#) Mar 17 Oct - 17:41
HIÉRARCHIE DU RÉGIME
Better never means better for everyone... It always means worse, for some.
— Margaret Atwood

LES CONSEILLERS

— 5/5 places disponibles (une par type de créature) sous conditions

Au sommet de l'infernale pyramide s'érigent les Conseillers, les Grands du Régime. Au nombre de cinq, parité inachevée, ils sont les miroirs de leurs pairs, les messagers et représentants des minorités en présence. Par deux fois vampires, les têtes couronnées d'opprobre par leurs peuples pour leur alliance subalterne à l’Élue se veulent impartiaux. Par deux fois lycans, ils se targuent d'offrir au commun une politique exemplaire lorsqu'elle n'est que démagogie, caresses frustres et propagandes criardes. Hybridé est l'ultime acolyte, engeance convoitée, jeunesse exacerbée, illustration agréable d'un futur qu'on évoque, ne laissant présager qu'augures favorables et félicité. Humanité dénuée d'artifice non représentée, négligeable décimé, personne n'y prêterait attention. Désignation des hommes masquées sous votes factices, démocratie qu'on voudrait faire croire, ils ne sont que pantins accessoirisés par Janus, troubles-fêtes eux-même en proie à une ambition que ne satisfait que trop cette position de force au dessus des leurs. Simulacre que le Conseil, c'est dans l'ombre que complots et mécaniques s'enrayent, que les guerillas sont inhibées de quelques promesses faramineuses, alors qu'il n'y a qu'Elle qui gouverne réellement. Des décisions, ils ne sont que les bénis oui-oui. Après tout, tant que des avantages ils sont gratifiés, quels intérêts auraient-ils à contester l'autorité ?

LA JUSTICE

— 2/3 places disponibles directement

Pions placés sur l'échiquier pour ne jamais mettre la Reine en échec, ils assurent avec malice une justice tortueuse, aux lois semblant ne jamais être fondamentales, tant leurs variations d'un individu à une autre sont remarquables. Figures d'effroi, on quantifie les juges suprêmes, attachés aux procès les plus ardus, au nombre de trois, cerbère d'autorité et de cynisme. Titres dont ils ne portent que le nom, appliquant une politique de répression afin de décourager de potentiels réfractaires, ce sont des rebelles qu'ils sont les intimes ennemis, des prisonniers politiques et des minorités flouées. Exemples qu'ils aiment à offrir en place publique, viciés jusqu'aux entrailles, ils exécutent et propagent les idéaux du Régime, mettant en oeuvres tous les moyens nécessaires à la chose. Rien n'est trop ambitieux pour satisfaire les têtes couronnées, les remerciements suffisent à effacer les difficultés affrontées pour faire plaisir à l'Unique. (luz llewellyn)

POLICE DU RÉGIME (LES YEUX)

Autoritarisme aux pognes ensanglantées, bras armé d'un Régime qui ne souffre la moindre riposte, guettant la plus discrète hésitation, l'oscillement timide d'une âme en peine. Ordre strict, nécessaire, les prérogatives ne semblent plus liées à un quelconque respect d'une dignité ; il ne s'agit plus d'assurer la sécurité des civils, mais davantage de renforcer les positions de ceux qui tirent les ficelles. Craintes des dénonciations anonymes, voyeurisme permanent au sein des voisinages jusqu'aux enfants dénonçant leurs aînés, quelques griffonnements sur un morceau de parchemin froissé suffisent à envoyer aux geôles ceux qu'on a désigné. Camps de travail qu'on veut thérapeutiques, exploitant les hommes jusqu'à ce qu'insupportables la besogne devienne, le souffle erratique, qu'on justifie comme sécuritaires. Prisonniers politiques, opposants aux Régime, marginaux et aliénés y sont parqués sans considération aucune, réglant ainsi le problème d'une surpopulation carcérale par l'exploitation de chaque musculation en état, servant la Cause.

MILICE — 7/10 places disponibles directement, A EVITER
Groupuscule arpentant les venelles, forces armées d'une violence inouïe, ils ne se déplacent qu'en semant le chaos sur leur passage. Constante ronde au sein de Maceria même, ils ne s'aventurent au delà des hauts murs qu'en cas de necessité. Honneur que d'être promu au rang d'Oeil, ambition de chaque fils, leur violence n'est plus à démontrer, tant les exemples de passage à tabac furent mémorables. (aodha súilleabháin, leto karenine, dante milton)

NETTOYEURS — 6/8 places disponibles directement (sous le commandement de Tanith Soun)
Des basses besognes et disparitions inopinées, ils sont les préposés. Agissant dans l'ombre, sur sollicitation directe des plus hauts placés du Régime, leur efficacité et leur discrétion contribuèrent à créer l'inquiétante aura associée à leur patronyme. Offensez l'un de ces grands seigneurs et n'en doutez plus : ces quelques coups secs sur la porte de votre maisonnée ne signifie nulle entrevue courtoise mais bien une ultime valse avec la faucheuse. Symboles qu'ils peignent de blanc sur les portes des condamnés, pointant ainsi les proches qui subiront aussitôt l'opprobre de tout un peuple. On ne désobéit guère aux lois. (tanith south, loren bruug)

ARMURIERS — 3/3 places disponibles directement
Artillerie secrète, fournisseurs du Régime, les stocks soutterains regorgent d'équipements divers, des plus innoffensifs jouets préférés pour l'entraînement des futurs générations lors du bref séjour militaire imposé jusqu'aux armes de destructions massives, ils sont les ingénieurs, les physiciens. Surnommés les Aveuglés pour leur propension à rester cloîtrés en leurs laboratoires, on raconte qu'aux balbutiements initiaux du Régime, ces techniciens avaient réellement les yeux crevés afin qu'ils ne puissent révéler les emplacements secrets. Tradition perpétrée en une quête punitrice de quelques éléments, ils restent des éléments primordiaux pour la Cause, prévenant un éventuel conflit d'ordre civil.

ESPIONS — places illimitées
D'une part, soldats de plomb aux positions délicates, ils sont les familiers, les voisins, les proches aux langues vipérines sciemment déliées. Contre quelques rationnements supplémentaires, une protection temporaire ou l'oubli de quelques fâcheuses exactions, ils vendent père et mère en un monde où les notions d'entraide ne semblent plus être comprises. D''autres n'auront cette chance : le voyeurisme leur est imposé, sans gratification moindre, les dépositions n'étant faites que sous la menace du couperet. Pour subsister, les bassesses devenues ordinaires sont désormais obligations.

LA SCIENCE

Eugénisme latent, fierté d'un Régime qui se veut visionnaire, bâtisseur d'un monde où générations nouvelles ne s'accorderaient qu'avec une perfection trescendance. Génétique altérée, cobayes humains, sélection volontaire, ces Frankenstein en blouses blanches ne reculent devant aucune méthode, des plus barbares vivisections jusqu'aux douteux triages. Inhumanité régnant en ces hauts bâtiments logés au sein-même de Maceria, ils sont à l'origine des hybridations tortueuses menant à cette peuplade neuve.

CHERCHEURS — 3/3 places disponibles directement
médecins, biologistes, leurs actions divergent considérablement de celles menées par leurs collègues arpentant les hospices. Ici, nulle volonté de soin, ils n'ont guère cette générosité d'âme. Capacités qu'on saurait remettre en doute, libre droit d'exercer leur ayant souvent été ôté pour de multiples déviations mortelles, la torture fait pleinement parti de leurs aptitudes. Bouchers rats de laboratoire, leurs noms suffisent à effrayer la population et à enorgueillir davantage celle qui les a prédisposé à cette destinée. On ne règne que par la crainte.

COBAYES — places illimitées
petites souris indiscrètes aux doigts chapardeurs, ceux qui subiront les pires sévices sont les condamnés. Jugés à la potence, heureux nominés des goulags meurtriers, leur présence n'a rien d'un heureux bénévolat : le choix ne leur fût guère laissé. Expérimentations qui lorsqu'elles ne sont pas meurtrières laissent ces bestiaux d'abattoir estropiés à vie. Délivrance factice, peines allégées et retour à la société qu'on désigne comme mérités pour « bons services rendus », ils ne sont que représentations exemplaires éveillées et avertissements cruels. À l'inverse, certains seront encensés. rongeurs volontairement enfermés en cage en échange de quelques faveurs à la manière des espions politiques, les expérimentations sur leurs personnes sont de moindre envergure. Il n'est pas rare qu'ils y gagnent quelques facultés neuves, précurseurs du peuple hybridés de lignées non pure, simple fantasmagorie des résultats obtenus.

LA PROPAGANDE

— 9/10 places disponibles directement

Impressions quotidiennes des slogans du Régime, affichage jusqu'aux murs des ruelles les plus sordides de Maceria, être affecté à la Propagande nécessite une capacité de manipulation conséquente et ce, sous diverses formes, du prospectus chiffonés aux figures marmoréennes des grandes places. Peintres aux carrières avortées ou artistes encensées par la bourgeoisie, il n'est guère difficile de différencier ceux qui y participent de ceux qui s'y sont refusés. Faiseuse de carrière, elle reste aussi mensongère que convaincante, tout au moins pour les plus faibles d'esprits. Bienheureux soient les mutiques qui se garderont d'émettre le moindre jugement. Service rattaché à la censure des oeuvres autant qu'aux autodafés, les moindres mots sont passés au crible de ces relecteurs intransigeants et il est ardu de décrier sans se faire piéger. Ils réécrivent le passé pour mieux écrire le futur, mêlant les idéaux du Régime au moindre de leurs actes jusqu'à ce que les leçons rentrent dans les chairs, que les principes soient scandés dès que l'enfant sait articuler quelques balbutiements. (eleazar llewellyn)




conditions requises : double compte ou présence supérieure à 15 jours
Elle
Revenir en haut Aller en bas
Elle
avatar
ELLE
Elle
TROGNE © : DANDELION.
MESSAGES : 127
DATE D'INSCRIPTION : 11/05/2017
(#) Mar 17 Oct - 17:44
Répression — Camps de travail
You are sentenced to Redemption
— Margaret Atwood

De ceux qui ne méritent pas la prison, réservée aux délits les moins graves, chapardeurs à la main coupées, menteurs à la langue arrachée hors du gosier, espions ratés à l'oeil crevés. Les prisonniers qu'on fait exemple, les dirigeants rebelles et autres ratés du système. Expédiés droit dans des lieux dont nul ne saurait imaginer ce dont ils regorgent.

Tartare des esprits dissidents, des pensées divergentes, lové au cœur des glaces, les carcasses sont entassées, torturées, contraintes aux tâches les plus dévalorisantes. Hommes, femmes, monstres, quiconque ose contester Sa suprématie échoue dans les limbes du Régime. Tourments, désolation, le pardon n’est que rarement accordé, voire inexistant. Inspiration à la liberté entravée, esprit façonné aux normes ; les plus faible abdiquent, ploient le genou, entrent à son service dans l'espérance vaine de revoir les proches qu'ils ont laisés derrière eux. Les plus résistants subissent des tortures inimaginables, jusqu'à ce que derrière l'échine broyé, la psyché s'affaisse, incapable de continuer à s'opposer aux bourreaux. Esquisse d’espoir lorsque l’équinoxe se présente, l’Abactus résonne entre les murs, illumine les faciès fanés par les affres du temps et des sévices ; unique échappatoire. Affabulation. Nul ne se doute que la véritable sortie se fait uniquement aux côtés de la faucheuse vicieuse. Réputation qui n’est plus à faire, repère des êtres les plus sadiques, aucune âme censée ne souhaite déambuler dans les couloirs de l’enfer. Sciences qui pioche parmi les condamnés, cobayes des expériences que même les plus tolérents du Régime n'accepteraient. Secret.
Elle
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
(#)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Le boulangisme politique de Préval
» Tragédie-comédie des bouffons de la politique en Haiti
» Victoire Repugnante de la classe politique traditionnelle
» LA METEO POLITIQUE HAITIENNE ET LE JUDEO VODOU !
» Une nouvelle ou une proposition politique ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LETHAL JUSTICE :: LE RÉGIME-
Sauter vers: